Pourquoi l’ensemble du centre historique de Berlin peut être qualifié de „chef d’œuvre”?

L’uniformité du centre de Berlin permet de former un ensemble d’architecture exceptionnelle inspiré de Vitrus et Palladio.

« L’architecture ne se résume pas qu’à des maisons individuelles, construites selon les goûts et les couleurs d’une élite. Elle revendique une interaction à l’intérieur de la ville comme un tout. Architectes et jardiniers peuvent réaliser cette synergie, qui va au-delà de la simple juxtaposition de leur savoir-faire. »
(Prof. Volkwin Marg, Architekt, in « Bauen nach der Natur » die Erben Palladios in Nordeuropa)

20090521180839446

Schlossplatz avec le grand prince électeur en 1906

20090521181059659

Forum Fredericianum en 1905

Les bâtiments du vieux centre ont une langue architecturale commune.

“La compréhension de cette langue est basée sur une convention des termes architecturaux. Ces termes ont leur origine dans les métaphores de l’histoire de la construction, comme tour, voûte, temple, basilique, colonnade, cage d’escalier. La place dans la phrase de ces termes architecturaux se lit comme la musique de moyens simples tels que le rayonnement, le rythme, l’axialité, la réflectivité ou la symétrie. ”
(Volkwin Marg)

 

“L’endroit où [le musée] sera installé passe pour être la place principale de Berlin. On doit se tenir sur ses gardes : au lieu d’y construire quelque chose de simple, d’énorme, ou de rudimentaire, surtout ne pas défigurer cette place au lieu de l’embellir.”
(Karl Friedrich Schinkel lors de la planification de l’Alte Museum près du Lustgarten en 1820)

20021119013218

Bibliothèque royale, surnommé « la commode aux livres » par les Berlinois en 1904

20021119013226

Place de l’opéra avec l’opéra et l’église Ste Edwige en 1880

20021119013251

Gendarmenmarkt en 1909

20021119013242

Lustgarten et l’ alte Museum en 1910

C’ est pourquoi on doit faire attention, à ce que l’effet de l’ensemble urbain dans le centre historique de Berlin puisse provenir d’un seul monument sur la Schlossplatz. Les anciennes lignes de communication y convergent et en partent, c’est ce qui donne une certaine harmonie.