1000 fenêtres pour le château

Traduction libre de l’intervention de Hans-Dieter Hegner, responsable de la construction dans le conseil d’administration de la fondation maitre d’oeuvre Stiftung Humboldt Forum im Berliner Schloss.

 

Enfin, avec l’installation des dernières grandes fenêtres en forme d’arche, toutes les fenêtres du château de Berlin sont posées. Les prochaines étapes sont les travaux d’intérieur à tous les étages ainsi que dans les salles autour des portails pendant l’automne et l’hiver 2017. En tout, il y a plus de 1000 fenêtres dans le château de Berlin, soit 513 en bois sur les façades historiques et 500 en acier et aluminium sur les façades modernes. Mais en plus de ce chiffre imposant qu’il y a-t-il de particulier sur toutes ces fenêtres ?

 

 

Les fenêtres doivent satisfaire des exigences très différentes.

Les fenêtres des façades historiques reconstruites donnant sur l’extérieur, celles dans la cour de Schlüter ainsi que celles dans les portails intérieurs II et IV dans le Schlossforum doivent en premier lieu répondre à des impératifs précis d’architecture dans leurs tailles, les croisillons, les largeurs etc. Un bois enduit blanc doit être utilisé et les vitrages extérieurs doivent provenir d’un verre créé selon les méthodes historiques.

De même, les fenêtres donnant sur l’intérieur doivent répondre à des impératifs précis de conservation due à l’utilisation muséale moderne ; pour la protection du soleil et la gestion de l’éclairage ont été prévus deux tissus integrés dans les fenêtres à double vitrage. Certaines salles ont même besoin de possibilités d’obscurcissement variable.

Il s’agit dans le cas du Humboldt Forum dans le château de Berlin d’une nouvelle construction publique « normale », qui doit respecter, comme tous les autres nouveaux chantiers de l’état, les normes strictes du décret allemand des économies d’énergie, Les fenêtres et les constructions sont même 30% en-dessous des normes !

Cependant les fenêtres ne doivent pas devenir des machines de haute performance mais plutôt montrer une grande aptitude d’utilisation permanente et une facilité de maintenance dans le quotodien. Dans le cahier des charges de la construction des fenêtres a été rajoutée une forte protection contre l’effraction.

Ce n’est pas tout : à cause de leur taille impressionnante entre 3,50m et 6,50m, les agencements de cadres des fenêtres des portails devaient être réalisés à partir d’un collage de 5 couches de lamelles en chêne pour le côté intérieur et pour le côté extérieur 3 lamelles, le tout pour des raisons de stabilité et de rigidité. Les chassis doivent être étanches dans la construction primaire et répondre aux exigences de protection contre les écarts de température en été et en hiver, d’imperméabilité contre la pluie battante et d’isolation sonore.

Les ferronneries, soit les poignées des fenêtres et les mécanismes d’ouverture et de fermeture, ont été à choisir pour qu’elles durent au moins 70 ans avec jusqu’à 20 000 cycles d’actionnement lors d’utilisation ordinaire et des maintenances. Elle dureront sûrement plus longtemps. En fonction de leur taille, les lourdes baies intérieures pèsent entre 90 kg et 250 kg.

Fenêtre de la façade donnant sur le Lustgarten – juste après son montage en avril 2017

 

Beaucoup reconnaissent cette fenêtre, qui en résulte, dans le style des appartements anciens berlinois : c’est une fenêtre géminée. Toutefois un matériau précieux a été utilisé, le chêne blanc d’origine européenne : ce bois garantit la plus grande résistance d’endurance. Le prix plus élevé de 7% a été accepté du fait de la longévité du bâtiment. Quant au bois, il est certifié par des négociants allemands et provient en grosse partie de Roumanie.

Il y a aussi comme dans les appartements berlinois une fenêtre extérieure et une intérieure et entre les deux un espace aéré relié à l’air extérieur par une fente de ventilation. La fenêtre extérieure est constituée d’un verre restauré de 4mm ( verre blanc, valeurs de vitrage Ug = 5,8 W/m²K, cadre Uf = 1,5 W/m²K). Puis vient un espace intermédiaire large de 39,5cm où sont intégrées les tentures de protection du soleil et d’obscurcissement, espace qui est refermé par la fenêtre intérieure. Celle-ci est constituée d’un vitrage de 24mm d’isolation de plusieurs couches pour une forte efficacité énergétique (valeurs de vitrage Ug = 1,0 W/m²K, cadre Uf = 1,4 W/m²K). Ce vitrage est constitué d’une feuille de verre blanc de 6mm avec une feuille de verre de protection solaire et deux autres feuilles de verre de sécurité de 4mm collées l’une à l’autre, ainsi qu’entre les deux une lame de krypton de 10mm.

Ainsi les façades du château retrouvent non seulement des fenêtres d’apparence historique mais aussi des fenêtres durables et de forte efficacité énergétique répondant à des exigences muséales de qualité. C’est un tour de force en soi et prouve la force d’innocation de l’industrie des fenêtres allemande.

 

Source du texte : Hans-Dieter Heger, Stiftung Humboldt Forum im Berliner Schloss

Photos : Gritt Ockert, Förderverein Berliner Schloss e.V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *